TEMPS DE TRAVAIL : NON AU MÉPRIS ET AU TRAVAIL GRATUIT !

lundi 18 novembre 2013
par  Jean-Louis Mollard
popularité : 87%

Le mauvais feuilleton que nous venons de vivre pour le rattrapage du lundi 2 septembre suscite à juste titre le mécontentement des personnels de l’Education nationale. Par delà les cafouillages quant au jour rattrapé, par delà les désordres occasionnés que nous avions dénoncés à l’avance, cette situation est révélatrice du mépris dans lequel on tient les personnels.

LE GRAND MÉPRIS .

Sans vergogne, des chefs d’établissements ont exigé des AED et des personnels administratifs qu’ils rattrapent un jour déjà travaillé, alors même que leur temps de travail est annualisé et que leur planning a été établi dans le respect des 1607 heures (ou moins, au prorata de leur temps partiel). Sans vergogne, on a aussi exigé des enseignants du premier et du second degré, des CPE qu’ils compensent la journée de pré-rentrée, pourtant travaillée, au prétexte qu’il manquerait une journée de cours pour que les élèves aient leurs 36 semaines complètes.
Quelle drôle de conception des métiers de l’éducation ! Pour les personnels annualisés, c’est faire fi du droit du travail et faire travailler plus, sans compensation. Pour les personnels enseignants ou assimilés, c’est considérer que la pré-rentrée n’est pas du temps du travail et que le métier consiste à être face aux élèves sans tenir compte de la concertation, de la préparation ni de la conception nécessaires.
C’est pourquoi il faut signifier massivement au Recteur notre refus de ces dispositifs injustes et inefficaces et lui rappeler que le droit du travail doit être respecté et que tout travail mérite salaire. Réclamons notre dû :

- exigeons des compensations horaires quand on nous a fait travailler en dépit de l’annualisation ;

- exigeons le paiement d’heures supplémentaires quand notre statut le permet.

SALAUDS DE FONCTIONNAIRES !

Ce dispositif de rattrapage apparaît bien comme une vexation supplémentaire et le retour d’une politique managériale qu’on pensait révolue. Il prend d’ailleurs tout son sens quand on le met en perspective avec le chantier que le Ministre vient d’ouvrir sur le métier d’enseignant. Faut-il rappeler que le projet éducatif du Parti Socialiste, et partant celui du Ministre, prévoit de revoir nos statuts et missions, « forcément obsolètes » ? Si nous le laissons faire, le Ministère va nous faire « reconquérir » aussi le mois d’août, au nom d’une vision étriquée et comptable de notre métier. Ne doutons pas que cela aura des conséquences sur les services de toutes les catégories de personnels de l’Education nationale.

NOUS NE SOMMES PAS DES MOUTONS !

Trop, c’est trop ! Le temps de travail de tous doit être respecté ! Ensemble, battons-nous pour que le dispositif de rattrapage du lundi 2 septembre soit abandonné. Les syndicats de la FSU sont là pour agir ensemble, à vos côtés !

JL Mollard, secrétaire départemental.


Contact

FSU Drôme


Maison des Syndicats
17 rue Bizet
26000 VALENCE


Tél : 04 75 56 83 30
Mél : fsu26@fsu.fr

Agenda

 

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois