NI DE DROITE NI DE GAUCHE, MAIS DE DROITE QUAND MÊME !

mardi 16 mai 2017
par  Jean-Louis Mollard
popularité : 92%

Au lendemain du second tour, on a assisté au traditionnel bal des niaiseux soulagés de la défaite du Front National, des béats confits en modernité, des thuriféraires d’un nouveau dieu et des hypocrites soucieux de se recaser.

LE FRONT NATIONAL EN EMBUSCADE

Pourtant, on aurait tort d’oublier que le FN a progressé en voix par rapport à 2002 et qu’il continue à s’enraciner. 34% pour le FN en 2017, cela fera combien à la prochaine présidentielle ? D’autant que les annonces de Macron laissent entendre qu’il poursuivra, voire accentuera les politiques libérales qui nourrissent la désespérance des classes populaires. Aux législatives, on pourrait donc avoir une centaine de députés FN à l’Assemblée.

MACRON SANS ADHÉSION

On aurait tort aussi d’oublier qu’entre l’abstention, le vote blanc et nul , un tiers des Français a refusé de prendre part au jeu du Front Républicain complètement dévalué par les trahisons et les arrière-pensées que l’on traîne depuis les 80% de Chirac. Sans compter le pourcentage de ceux qui n’ont voté Macron que pour faire barrage au FN .

DE DROITE, FINALEMENT

La nomination d’Édouard Philippe, nouveau Premier Ministre issu des rangs de LR et fils spirituel de Juppé, confirme les orientations libérales du nouveau président de la République. Comme dans Le Guépard de Visconti, on nous refait la même séquence : "il faut que tout change pour que rien ne change.". Il suffit de lire le programme de Macron, de voir ses soutiens (de Hollande à Gattaz, en passant par Bayrou, l’aile droite du PS et une partie de la Droite)) pour comprendre que le renouvellement n’est qu’un slogan de communication et de marketing politique.

DE DROITE ABSOLUMENT

La FSU a bien lu le programme du parti présidentiel REM (qu’il faut lire comme la Rigueur En Marche !) : suppression de 150 000 postes de fonctionnaires, baisse des cotisations sociales sur les salaires (au risque de fragiliser encore plus la Protection Sociale), libéralisation du marché du travail, hausse de la CSG.

Pour les Fonctions Publiques, les objectifs posés par Emmanuel Macron sont lourds : refonte de statuts, retraites par points, autonomie renforcée des établissements, pour ne citer que les plus emblématiques.

PAS DE MAJORITÉ POUR LA CASSE SOCIALE

A la veille des élections législatives, rien n’est joué car beaucoup dépendra de la majorité qui sera élue. La FSU jouera tout son rôle de syndicat majoritaire dans ces élections en s’opposant aux projets portant atteinte au droits des salariés et des fonctionnaires : au niveau départemental, elle a d’ores et déjà exhorté à l’unité la gauche de transformation sociale et poursuit son interpellation des candidats aux élections législatives pour faire valoir son projet.

C’est donc dans un esprit de combativité que la FSU aborde ce quinquennat.


Contact

FSU Drôme


Maison des Syndicats
17 rue Bizet
26000 VALENCE


Tél : 04 75 56 83 30
Mél : fsu26@fsu.fr

Agenda

 

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois