MOURIR POUR LE TRIPLE A ? NON MERCI !

mardi 6 décembre 2011
par  J.P. Tarel
popularité : 79%

Instrumentalisée par le gouvernement, la crise sert de prétexte au grignotage des acquis sociaux et à la confiscation du pouvoir des citoyens. Au nom du triple A, le gouvernement, à l’instar de ses homologues européens, annonce tous les six mois des mesures d’austérité injustes, reposant encore et toujours sur les salariés, les retraités et les chômeurs et stigmatisant encore et toujours les fonctionnaires.

Outre la casse continuée des Services Publics, le gouvernement cible le domaine de la protection sociale dans lequel il voit un gisement d’économies. L’accélération de la réforme des retraites, la réduction des dépenses de santé, l’indexation partielle des prestations sociales, la taxation des mutuelles et l’imposition de nouveaux délais de carence constituent autant de mesures qui frappent tous les salariés sans distinction et aggraveront encore les inégalités. Cyniquement, dans le même temps, on recapitalise les banques et on maintient les cadeaux fiscaux.

Ne nous y trompons pas : la dette sert de prétexte pour saper le modèle de protection sociale solidaire et pour ouvrir la voie à la marchandisation de pans entiers de notre société. Pour ne pas tomber sous la tutelle de gouvernements d’experts, comme en Grèce ou en Italie, la résignation n’est pas de mise et la FSU appelle ses adhérents à participer, le mardi 13 décembre, aux initiatives de l’interprofessionnelle CFDT, CGT, FSU, UNSA, SOLIDAIRES (modalités départementales à venir).

Dans le domaine de l’Education, les attaques continuent sous le label de la RGPP, avec notamment 14 000 suppressions de postes à l’EN. Mais le résultat des élections professionnelles qui confortent la FSU (première place au niveau national et 8 sièges sur 10 au Comité Technique Départemental) constituent un encouragement et un point d’appui pour les luttes à venir : partout la FSU portera les revendications des personnels et s’efforcera de créer les conditions de la mobilisation.
C’est pourquoi, pour dire non aux 14 000 suppressions de postes, au gel des salaires, au manque d’ambition éducative et au projet d’évaluation des personnels, la FSU, dans le cadre de l’intersyndicale (CGT Educ’action, SE-UNSA, SGEN-CFDT, SNALC-CSEN, SNCL-FAEN, SNES-FSU, SNEP-FSU, SNUEP-FSU, SNLC-FO, SUD Education) appelle les personnels à la grève et à la manifestation, le jeudi 15 décembre 2011, à Valence.

Tous les détails ici.

De la même façon, sans attendre les échéances électorales de 2012, la FSU-Drôme, pour qui l’Education est un enjeu majeur de la campagne électorale, entend y tenir toute sa place. C’est pourquoi, elle invite personnels, parents, politiques à participer aux deux débats qu’elle organisera :

Samedi 28 janvier 2012

« Quels choix pour l’Education ? » : les 20 propositions de la FSU... 

à Valence (le matin) et à Bourg de Péage (l’après-midi),

en présence de Bernadette Groison, secrétaire nationale de la FSU.

Nous comptons sur vous pour tous ces rendez-vous !
Denis Godeau, JL Mollard.


Contact

FSU Drôme


Maison des Syndicats
17 rue Bizet
26000 VALENCE


Tél : 04 75 56 83 30
Mél : fsu26@fsu.fr

Agenda

 

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois