LE POISSON POURRIT TOUJOURS PAR LA TÊTE

lundi 4 juillet 2016
par  Jean-Louis Mollard
popularité : 92%

Cette fin d’année sent la fin de règne : manipulation de l’opinion avec une indulgence coupable pour les casseurs, autoritarisme avec le refus de négocier sur le projet de loi El Khomri, déni de démocratie avec le projet de déchéance de nationalité et le recours au 49-3, répression policière et dérive autoritariste avec la menace d’interdire les manifestations...

UN GOUVERNEMENT DISCRÉDITÉ

La responsabilité est à chercher du côté de l’exécutif qui reste droit dans ses rangers, faisant de ses trahisons un signe de modernité. Il s’entête dans ses positions jusqu’au-boutistes et le premier Ministre multiplie les provocations et les amalgames nauséabonds, jouant le pourrissement et, au-delà de la stigmatisation de la CGT, jetant le discrédit sur toutes les organisations syndicales. Dans les médias, les chiens de garde relaient de manière éhontée le discours dominant et la haine de classe.

QUAND ON DÎNE AVEC LE DIABLE, IL FAUT
UNE GRANDE FOURCHETTE

Aujourd’hui, la contradiction est flagrante entre les intentions démocratiques proclamées et l’exercice autoritaire du pouvoir. Selon l’historien Jean-Paul Scot, « avec le recul historique , on se rend compte que, chaque fois que le PS ne parvient pas à tenir ses engagements, dans la mesure où ils ne peuvent maintenir le grand écart entre le capital et le travail, ils sont obligés de prendre des mesures extrêmement autoritaires pour l’intérêt du patronat et de l’État ». Adepte du renversement des alliances vers le centre, Valls incarne cette politique que la FSU appelle à combattre.

SERVICES PUBLICS : LE MAILLON FAIBLE !

Malgré des gestes électoralistes très mesurés (hausse de 0,6 % et PPCR), cette orientation néolibérale cible évidemment dans tout le secteur public. Dans un contexte de maintien, voire de hausse démographique, les conditions de travail continuent de se dégrader avec la réforme des rythmes, celle du collège et du lycée. Le dogme de l’austérité budgétaire empêche des recrutements suffisants chez les assistantes sociales, les infirmières, les conseillers d’orientation, les personnels administratifs, les enseignants. Il faut donc s’attendre à une multiplication des contractuels et autres précaires à la rentrée prochaine.

DES CONJONCTURES LOCALES DÉFAVORABLES

De plus, les changements d’exécutif municipal, département ou régional noircissent encore le tableau : à Romans, on réduit les subventions accordées aux élèves ; le Conseil Départemental réduit sa masse salariale, les jours de congés et supprime 200 postes ; la Région ne fait pas de l’éducation une priorité pas plus que des conditions de travail de ses agents. A quoi il faut ajouter l’attaque sournoise du rapport Legrand contre les Fonctionnaires Territoriaux soupçonnés de ne pas travailler assez.

RENTRÉE DEBOUT

Cette situation, loin de nous désespérer, doit nous inciter à être combatifs. La sortie de crise sera collective et passera par notre mobilisation pour nos conditions de travail, pour nos statuts, pour nos salaires.

Après des vacances méritées, c’est à l’action que vous appelle la FSU !

J.Louis Mollard.


Contact

FSU Drôme


Maison des Syndicats
17 rue Bizet
26000 VALENCE


Tél : 04 75 56 83 30
Mél : fsu26@fsu.fr

Agenda

 

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois