LA QUESTION SOCIALE : L’ENJEU DE LA RENTRÉE

dimanche 28 août 2016
par  Jean-Louis Mollard
popularité : 46%

Après les attentats de l’été qui nous rappellent la réalité de la menace terroriste, on pouvait espérer que le Gouvernement et la classe politique prennent la mesure de la tâche à accomplir pour réduire les fractures de notre société. Or il n’en a rien été...

SÉCURITÉ, BURKINI ET AUTRES CACHE-MISÈRE

Nous avons en effet assisté à des réactions indignes, à des polémiques politiciennes et à une instrumentalisation honteuses qui se sont poursuivies avec la surenchère anti-musulmane contre le burkini. Si ce dernier ne doit pas être considéré comme un vêtement comme les autres, il ne peut être interdit sous prétexte de trouble à l’ordre public, comme vient de le rappeler heureusement le Conseil d’État. Belle tentative de diversion.En réalité, cette séquence politique n’ a pas d’autre fonction que d’évacuer la question sociale au sujet de laquelle les choix du Gouvernement ne peuvent répondre aux aspirations des Français.

POSER LES VRAIES QUESTIONS

La situation exigerait que le Gouvernement interroge sa politique étrangère au lieu de continuer à vendre des armes et à se compromettre avec certains des se alliés. De même, alors que nombre de nos concitoyens doutent de la réalité des principe d’égalité de notre société, il élude cette question.

La promesse de réforme fiscale se solde par l’instauration du prélèvement à la source qui pose plus de problèmes qu’il n’en résoudra ; la finance continue à prospérer sur le dos des travailleurs ; la question des droits des salariés est évacuée de façon expéditive par la promulgation de la Loi Travail. Malgré les engagements, l’éducation et la formation, le logement et la lutte contre le chômage ne sont pas les priorités de ce Gouvernement, obnubilé par son allégeance au patronat et aux objectifs européens.

IMPOSER LA QUESTION SOCIALE

Malgré le contexte difficile, la FSU continuera à tracer le sillon qu’elle a ouvert : il faut réaffirmer l’exigence de justice sociale, tant au niveau local que national.
C’est pourquoi, la FSU-Drôme appelle d’ores et déjà les personnels à continuer la lutte contre les politiques anti-sociales du Conseil Départemental et de certaines municipalités.

- Elle continuera à informer ses adhérents sur le danger des futurs traités TAFTA et CETA, sur les orientations fiscales et budgétaires du Gouvernement, notamment le prélèvement à la source.

- Elle soutient la grève des personnels du Second degré annoncée pour le 8 septembre pour obtenir d’autres conditions de rentrée et d’autres réformes dans les collège est les lycées.

- Dans la continuité des luttes menées l’an dernier contre le projet El Khomri, elle appelle déjà à participer aux actions du 15 septembre décidées par l’intersyndicale contre la loi Travail.


Contact

FSU Drôme


Maison des Syndicats
17 rue Bizet
26000 VALENCE


Tél : 04 75 56 83 30
Mél : fsu26@fsu.fr

Agenda

 

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois