Déclaration FSU au CDEN du 10 décembre 2013

jeudi 12 décembre 2013
par  Jean-Louis Mollard
popularité : 60%

Si la FSU ne peut que se réjouir que se tienne enfin un CDEN « bilan de rentrée », elle n’en fera pas moins quelques observations :

- ce bilan intervient beaucoup trop tard dans l’année scolaire. Cette date tardive ôte tout intérêt d’actualité aux informations qui nous sont apportées. Nous avons la désagréable impression que la communication du bilan le plus loin possible de la rentrée scolaire est le moyen trouvé pour nous empêcher de contredire ou de nuancer les satisfecit de rentrée.

- L’envoi en rafales de documents recorrigés ne permet pas un travail correct des représentants syndicaux qui doivent jusqu’au dernier moment revoir leurs analyses et leurs déclarations.

C’est pourquoi, la FSU demande instamment qu’à l’avenir une instance consacrée au bilan de rentrée CDEN ou CTSD soit convoquée au plus près de la rentrée, au plus tard début octobre, et que des documents fiables nous soient envoyés dans le respect des délais de convocation.

Par ailleurs, la FSU entend revenir sur la demi-journée de rattrapage du mercredi 13 novembre 2013 exprimer la colère des personnels.

Ce rattrapage est une aberration pédagogique car il allonge et alourdit la semaine de travail des élèves, oblige à la répétition d’une même séquence de cours , et cela à un moment où les différents niveaux de l’Education nationale ne cessent de vanter les mérites de l’allègement des rythmes scolaires. Et cette situation aberrante se répétera le 11 juin.

De plus, ce rattrapage, imaginé par des gens qui ignorent la réalité du fonctionnement des établissements scolaires, a généré des perturbations encore plus nombreuses que celle que la FSU dénonçait par avance : nous ne revenons pas sur l’impossibilité pour nos collègues d’EPS d’assurer le fonctionnement des AS ainsi que l’impossibilité pour les élèves de participer aux activités auxquelles ils sont régulièrement inscrits (clubs sportifs, conservatoires etc). Le cafouillage organisé autour du choix du jour à rattraper (lundi ou jeudi) ainsi que la liberté accordées par le Recteur aux chefs d’établissements de retenir le jeudi ou le lundi ont conduit à des dysfonctionnements ubuesques : collègues d’EPS en concurrence sur les mêmes installations sportives, collègues en service partagé dans l’incapacité de rattraper car attendus dans deux lieux à la fois, services de transports indisponibles pour se rendre sur les installations …

Plus fondamentalement, cette mesure ubuesque est révélatrice du peu de cas que l’on fait du travail des personnels de l’Education nationale : sans plus réfléchir, on a exigé des AED et des personnels administratifs qu’ils rattrapent un jour déjà travaillé, alors même que leur temps de travail est annualisé. C’est une atteinte au droit du travail que la FSU dénonce vivement et elle exige que des compensations soient données à ces personnels.

De même, de façon vexatoire, on a exigé des enseignants du premier et second degré et des CPE qu’ils compensent la journée de pré-rentrée, pourtant travaillée, au prétexte qu’il manquerait une journée de cours pour que les élèves aient leurs 36 semaines complètes. Quelle drôle de conception du métier d’enseignant ! C’est considérer que cette pré-rentrée n’est pas du temps du travail et que notre métier consiste à être face aux élèves sans tenir compte de la concertation, de la préparation ni de la conception nécessaires.

Pour toutes ces raisons, la FSU demande fermement que soit abandonnée toute idée de rattrapage pour le 11 juin 2013.


Contact

FSU Drôme


Maison des Syndicats
17 rue Bizet
26000 VALENCE


Tél : 04 75 56 83 30
Mél : fsu26@fsu.fr

Agenda

 

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois