2ND TOUR DE LA PRESIDENTIELLE : PAS UNE VOIX POUR LE FN !

lundi 1er mai 2017
par  Jean-Louis Mollard
popularité : 91%

PAS UNE VOIX POUR LE FRONT NATIONAL
RESTONS UNIS FACE AUX DANGERS.

Comme en 2002, la FSU prend acte de la gravité du moment et mesure l’enjeu du 2nd tour de la Présidentielle. Elle continue à prendre ses responsabilités : pas une voix pour le Front National !
Mais quelle situation étrange : le Front Républicain a éclaté en partie mais on appelle les syndicats à barrer la route au FN en votant Macron !
Quel paradoxe ! On reproche aux syndicats d’être politisés, de faire de l’idéologie et voilà qu’on nous demande de nous positionner, de trancher l’ambiguïté dans laquelle se complaisent nombre de partis politiques, par calcul politicien, par instrumentalisation de la montée de l’extrême-droite.
Pendant 5 ans, on fait comme si le FN était un parti républicain et, au second tour de la présidentielle, on hurle au loup.
Ceci étant rappelé, la FSU redit que l’arrivée du FN au pouvoir doit être combattue. C’est un parti raciste, hostile aux intérêt de ceux qui travaillent, hostile aux Services Publics, aux fonctionnaires et aux syndicalistes.

Alors, clairement, pas une voix ne doit aller au FN !

Mais, au-delà de cette position, bien des questions demeurent . Car pour ne pas créer le terreau où s’enracine le FN, le prochain Président de la République devra renoncer aux politiques libérales d’austérité : ce n’est pas en ubérisant la société, en s’attaquant au système de santé, de retraites, au code du travail qu’on éradiquera les idées de l’extrême-droite.
Chacun votera donc selon sa conscience pour faire barrage au Front National. Toutes les positions qui visent cet objectif sont respectables. Il n’y a pas d’un côté ceux qui seraient déterminés à combattre le FN avec le vote Macron et de l’autre des inconscients, des irresponsables qui voudraient rester les bras ballants.
La FSU appelle à rester unis pour affronter les tempêtes à venir et à la conforter dans son rôle de contre-pouvoir : quel que soit le résultat du second tour, les travailleurs, les précaires, les chômeurs, les retraités seront la cible d’attaques.
Restons unis pour faire face ! Le combat continue, d’autres échéances sont devant nous :

  • La prochaine étape, ce sont les législatives. La FSU appelle alors à voter selon nos valeurs pour élire des députés qui défendront nos intérêts de travailleurs.
  • Dans cette perspective, la FSU estime nécessaires des candidatures unitaires qui relaieront nos luttes.
  • Dès le 8 mai, la FSU organisera la résistance et portera dans l’unité l’ensemble de nos revendications.
Plus que jamais, la solution c’est l’unité dans l’action, pas la division !